Pourquoi devenir coach et comment trouver une école de coaching ?


Les coachs viennent de tous les horizons. La plupart ont débuté leur carrière dans des professions très différentes avant de devenir coach. En observant cette variété d’origines, on peut conclure que la profession de coach s’adresse à des types de personnes très différents. On peut aussi en conclure que d’un coach à l’autre, il existe une très grande variété de motivations pour choisir ce métier.

Devenir coach pour l’argent

Certaines personnes perçoivent que le coaching est un métier dans lequel on peut bien gagner sa vie. Certains pensent même que c’est un bon moyen de devenir riche. Comme dans la plupart des métiers et domaines artistiques, cela peut être vrai pour les quelques meilleurs professionnels d’un pays donné et pour ceux qui ont acquis une reconnaissance internationale.

Si l’on considère le domaine de la musique, par exemple, pour chaque pianiste qui gagne beaucoup d’argent, on peut en compter au moins une centaine qui doivent vivre des revenus de leurs parents, qui luttent pour vivre, ou qui doivent accepter des emplois secondaires pour survivre. Cela est particulièrement vrai pendant toutes leurs années de formation, qui peuvent durer les deux tiers de leur carrière.

Par conséquent, lorsque le mirage des gains financiers rapides et conséquents est la principale motivation pour devenir coach, on constate souvent que les candidats sont d’abord très impatients, puis vont rapidement faire face à la désillusion. Ces candidats essaient d’aller trop vite, en facturant un prix trop élevé et en visant trop rapidement les meilleurs contrats de coaching exécutif. Ils abandonnent souvent leurs efforts dans un délai d’un à deux ans.

Se lancer en tant que coach, c’est comme dans toute autre profession artistique. L’expérience d’apprentissage qualitative prend des années et nécessite un engagement personnel et une résilience solides. Si l’on persévère et considère que chaque erreur commise sur la voie du professionnalisme fait en fait partie de la voie, le succès peut être progressivement atteint. Et pour gagner beaucoup d’argent, il est conseillé de devenir entrepreneur dans un autre domaine, et d’embaucher un très bon coach.

L’insatisfaction et le besoin de reconversion

De nombreux candidats se lancent dans la profession de coach car ils perçoivent que leur situation professionnelle actuelle est insupportable. Ils veulent sortir d’une voie sans issue, ou s’éloigner d’un contexte professionnel ou d’une entreprise.

Certains ont peut-être eu un coach, et fantasmé sur le métier au point de décider de faire de même. Fondamentalement, cependant, ces candidats fuient le mécontentement. Ils espèrent juste trouver plus de confort ailleurs. Cette motivation les amène au coaching de la même manière qu’elle pourrait les amener à n’importe quel autre travail. Ces candidats perçoivent aussi souvent que le coaching peut être facile, travailler des heures maigres, à domicile, sans patron, etc. Ils apprennent qu’un coach peut avoir des clients sans même avoir à leur proposer des solutions. Quel mode de vie confortable !

En général, ces candidats au coaching ne survivent pas trop longtemps en formation de base. Dès qu’ils se rendent compte que pour apprendre le métier, il faut pratiquer, investir, s’engager, s’organiser, commercialiser, vendre, facturer, être payé, etc., ils retournent à la recherche d’un emploi salarié facile dans une grande entreprise. Être employé est sûr et confortable.

La transition

Certains candidats souhaitent opérer un changement majeur dans leur carrière et transformer leur vie personnelle. Ils peuvent être insatisfaits de ce qu’ils font, mais leur motivation fondamentale repose sur une aspiration profonde à se créer un avenir enrichissant. Lorsque c’est le cas, les candidats ont plus d’énergie pour alimenter une transition personnelle et professionnelle profonde et durable. Ce processus sera d’autant plus significatif pour leurs compétences futures que les coachs accompagnent très souvent des clients qui traversent le même type de transformation personnelle et professionnelle.

Dans certains cas, ces candidats doivent veiller à ne pas brûler les ponts qui les relient à leur histoire, leur parcours et leur profession d’origine. Les coachs débutants ont besoin de leurs réseaux historiques pour se lancer dans leurs nouvelles professions.