Claquage adducteur


Une élongation ou claquage adducteur est une lésion aiguë des muscles de l’aine à l’intérieur de la face interne de la cuisse. Bien que plusieurs muscles différents puissent être blessés, les plus fréquents sont le Longus Adducteur, le Médius, le Magnus et le Gracilis.

Les déformations reflètent les déchirures de l’unité muscle-tendon, dues à une contraction forcée des muscles contre la résistance, souvent lors d’une charge excentrique. L’excentrique fait référence à une contraction musculaire pendant que le muscle s’allonge, par opposition à la contraction concentrique, dans laquelle le muscle raccourcit pendant la contraction. La plupart des exercices d’haltérophilie impliquent une contraction concentrique. Les « négatifs » pendant l’appui sur le banc d’essai sont un exemple de contraction excentrique.

Les claquages et/ou déchirures peuvent survenir à l’origine ou à l’insertion du muscle, à la jonction muscle-tendon ou à l’intérieur du ventre du ou des muscles. Le plus souvent, les déchirures se produisent à la jonction muscle-tendon. Rarement, la lésion tendineuse se produit à l’endroit de l’attache osseuse du tendon.

Les claquages peuvent être classés de degré I à III en fonction de leur gravité. Le grade I implique une tension légère avec quelques blessures, saignements, sensibilité, mais pas de perturbation significative des fibres. Une lésion de degré II implique une lésion des fibres muscle-tendon, mais l’intégrité globale de l’unité muscle-tendon est préservée. Une lésion de grade III implique une perturbation entraînant une perte de l’intégrité globale du tendon. La plupart des claquages adducteurs sont de grade I ou II.

Comment cela se produit-il ?

Le plus souvent, le claquage adducteur survient lors d’une contraction musculaire aiguë, par exemple lors d’un coup de pied, d’un pivotement ou d’un patinage. Les facteurs qui peuvent prédisposer un patient à des blessures comprennent l’incapacité de s’échauffer, de s’étirer correctement ou la fatigue due à un surentrainement.

Le risque augmente avec :

  • Les sports impliquant des accélérations telles que le sprint, le football, le hockey
  • Les sports avec des mouvements répétés tels que le football, les arts martiaux et la gymnastique
  • Ne pas s’échauffer, ne pas s’étirer ou ne pas être correctement conditionné

Quels sont les symptômes ?

  • Apparition soudaine de douleurs, parfois accompagnées de la sensation d’un saut à l’intérieur de la cuisse.
  • Incapacité de poursuivre l’activité après l’apparition initiale de la douleur

Comment la maladie est-elle diagnostiquée ?

  • Les antécédents et l’examen physique sont habituellement suffisants pour établir le diagnostic
  • Les résultats physiques comprennent une sensibilité à la palpation (toucher), des ecchymoses à l’intérieur de la cuisse et, parfois, de l’enflure et de la chaleur sur le site de la blessure. Dans le cas de déchirures graves, il peut y avoir un défaut palpable sur le site de la blessure, bien que cela soit peu fréquent
  • Le test de l’amplitude des mouvements de la hanche est habituellement normal, mais la douleur est habituellement reproduite lorsqu’on demande au patient de contracter les muscles. Dans ce cas, demander au patient d’amener sa jambe vers la ligne médiane (adduction de la jambe) reproduit la douleur et s’accompagne généralement d’une faiblesse

Y a-t-il des tests spéciaux utilisés pour diagnostiquer une tension du muscle adducteur ?

Des tests spéciaux sont généralement inutiles.

Les radiographies sont presque toujours négatives, mais elles sont appropriées dans les cas où il y a de la sensibilité au site d’insertion osseuse ou chez les athlètes/patients immatures au niveau du squelette. Chez les enfants, les sites d’attachement des unités musculaires et tendineuses sont vulnérables à la fracture et sont plus faibles que les muscles et tendons.

L’IRM est indiquée chez les athlètes professionnels d’élite, où une connaissance précise de l’emplacement et de l’étendue des blessures peut aider à estimer le retour à l’activité ou, dans de rares cas, à identifier tout cas pouvant nécessiter un traitement chirurgical.

Comment traite-t-on la maladie ?

La plupart des déformations ou des claquages adducteurs répondent à un traitement conservateur. Le traitement initial comprend la modification de l’activité, qui peut inclure temporairement des béquilles. La glace et les anti-inflammatoires sont appropriés pour les tensions musculaires aiguës. Au fur et à mesure que les symptômes s’atténuent, des exercices d’étirement et de renforcement en douceur sont appropriés. Votre médecin peut vous recommander un programme de physiothérapie pour vous aider à faire ces exercices.

Une intervention chirurgicale pour ces blessures est rarement nécessaire. Les lésions dues à l’avulsion, dans lesquelles le tendon est arraché avec son attache osseuse, peuvent nécessiter une réattache chirurgicale. Certains cas de déchirures complètes des tendons musculaires peuvent nécessiter une intervention chirurgicale. La réparation implique une incision ouverte sur le site de la blessure et le rattachement de l’origine du tendon, ou la réparation par suture des tissus mous déchirés. La chirurgie est également nécessaire chez les patients souffrant de douleurs chroniques dont les symptômes ne répondent pas au traitement conservateur.

Quand pouvez-vous retourner à votre activité sportive ?

  • Le temps d’arrêt de l’activité varie considérablement selon l’étendue de la blessure. La plupart des souches commencent à s’améliorer dans les 10 à 14 jours et continuent de s’améliorer au fil des mois.
  • Un effort important peut nécessiter des béquilles pendant plusieurs semaines et une période de récupération plus longue.
  • Certains patients continueront de souffrir de douleurs chroniques bénignes pendant plus de 6 mois.

Comment prévenir une Souche du Muscle Adducteur ?

  • La plupart des claquages (mais pas toutes) peuvent être évitées par un échauffement et des étirements appropriés avant l’activité.
  • Les étirements devraient inclure la hanche, la cuisse et le genou.
  • En cas de blessure, évitez de reprendre prématurément vos activités